Studio Trigger France
Choose your language FRJPEN

facebookTwitterGoogle +Youtube

Partenaires du studio

Ultra Super Pictures

Studio Sanzigen

Studio Ordet

Twitter

Works

Liens

QR CODE Studio Trigger France
Qu'est-ce qu'un QR Code ?
Petit code-barre intelligent vous permettant d'accéder facilement depuis votre mobile à notre site internet. Plus de clic, plus d'adresse web à retenir et à saisir...

Special

Interview Exclusive avec le studio Trigger à Paris

Comme convenu lors de notre rencontre en octobre 2012, certains membres du studio ont fait le déplacement à Paris pour finaliser le mixage de leur dernière production en date : Little Witch Academia. C’est le 9 février dernier, sous un temps neigeux, que nous avons retrouvé M. ŌTSUKA (président du studio), M. YOSHINARI (Réalisateur de Little Witch Academia), Melle TSUTSUMI (Productrice de Little Witch Academia), M. INAGAKI (Producteur d’Inferno Cop).

Inferno Cop

tag Akira Amemiya, le réalsiateur, et Inferno Cop

01Pouvez-vous nous expliquer comment ce projet de websérie Inferno Cop a vu le jour ?

M. Ōtsuka : M. Nous avons d’abord été approché par CoMix WaveFilms pour un projet d’anime spécialement conçu pour internet. C’est cette structure qui produit et administre Anime Bancho, une chaîne spécialisée dans l’animation sur Youtube, qui diffuse Inferno Cop. Cela aurait été financièrement plutôt difficile à réaliser pour un anime « normal ». Inferno Cop caractérise cette volonté de réussir à réaliser quelque chose en se demandant si on y parviendra avec un tel budget.

02Quel était votre intention en réalisant ce projet et qui en est l’instigateur ?

M. Ōtsuka : Nous avons voulu nous lancer un défi : voir de quelle façon nous pouvions travailler avec un petit budget. L’idée de départ est celle d’une histoire de super héros, que nous devons au superviseur  M. IMAISHI.  L’ensemble du staff l’a étoffée et  c’est M. AMEMIYA, le réalisateur, qui lui a donné sa forme actuelle.

03Le budget de production devait être assez limité. Est-ce pour cela qu’il n’y a que trois ou quatre seiyūs pour tous les personnages ?

M. Ōtsuka : En effet. Lorsque nous nous sommes imaginés dans quelles conditions un si maigre budget nous ferait travailler, nous avons compris qu’il nous faudrait œuvrer autant que possible par nous-mêmes ; c’est une façon de procéder proche du milieu indépendant. Nous avons même réduit à une heure par semaine les réunions de concertation. Toute l’équipe s’est déchaînée en tentant des choses que l’on ne peut faire habituellement.

04Une édition vidéo, des goodies (Figurine, Artbook…) sont-ils envisagés par la suite ?

R. Inagaki : Une sortie DVD ou Blu-ray n’est pas encore à l’ordre du jour, nous aimerions que ce soit le cas si l’occasion se présente.  En ce qui concerne une déclinaison sous forme de goodies, nous prévoyons actuellement l’OST ou encore des T-shirts avec des illustrations originales.

05De nombreux fans en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique apprécient ce titre. Pensez-vous un jour produire un anime uniquement pour le public occidental, comme l’ont fait certains autres studios tel MADHOUSE ?

R. Inagaki : Bien que l’histoire soit spécifiquement pensée pour un public  japonais, nous avons vraiment été étonnés de constater que notre travail a été plus apprécié à l’étranger qu’au Japon. Personnellement, j’aimerais m’essayer à un anime totalement conçu pour l’étranger.

Yonhyaku-Nijū Renpai Girl

tag Miyako Dokūtsugi, l'héroïne de Yonhyaku-Nijū Renpai Girl

06Vous avez produit récemment une animation pour la sortie d’un light novel intitulé Yonhyaku-Nijū Renpai Girl. S’agit-il d’une simple bande-annonce ou un projet d’anime est-il envisageable ?

M. Ōtsuka : Cette œuvre a été purement conçue  à des fins publicitaires. Nous n’avons pas prévu d’en faire une série animée télévisée mais cela pourrait se réaliser si cette vidéo acquière assez de popularité.

07C’est un style assez éloigné de ce que l’on pouvait s’attendre de TRIGGER.

M. Ōtsuka : Chez Trigger,  nous voulons être un studio qui s’essaye à différents genres d’animation. Nous sommes heureux d’avoir pu annoncer assez vite la réalisation d’œuvres variées.

08M. Ōtsuka, c’est vous qui avez réalisé cette animation. Comment avez-vous opéré pour cette adaptation ?

M. Ōtsuka : J’ai été au poste de réalisateur.  Je voulais faire de ce travail quelque chose qui transmette l’atmosphère de bonne humeur que l’on trouve dans l’œuvre originale.  Grâce aux magnifiques storyboards de M. HAYASHI, aux personnages mignons et pleins d’énergie de M. CHIKAOKA et Mlle YAJIMA, j’ai pu en faire l’œuvre que j’imaginais.

09Quelques noms du staff pour cette animation ont filtré. Pouvez-vous nous en dire plus.

R. Inagaki : A propos de M. HAYAHI,  l’œuvre pour laquelle j’ai fait appel à lui l’année dernière a vu son développement stoppé en cours de projet.  C’est justement lorsque je commençais à me dire qu’il fallait cette fois le laisser travailler jusqu’au bout que ce nouveau projet a été subitement annoncé. J’ai alors refait appel à lui avec insistance. Il faut dire qu’il s’agit de quelqu’un qui a participé notamment à la conception des films Berserk, à la version cinéma entièrement conçue en 3D de 009 : Re-Cyborg, et à l’opening de Hunter X Hunter (2011). Les dessins qu’il nous a fournis étaient à la hauteur de mes attentes.

M. CHIKAOKA est le designer des personnages de Kyo no 5 no 2 et de Abnormal Physiology Seminar et le responsable de l’animation d’œuvres comme Gurren Lagann et The Idolmaster. Tout en attendant beaucoup d’une telle expérience, pour des questions de disponibilité, je me suis dit au départ qu’il serait impossible de le charger de tout le travail ; c’est pour cela que je pensais ne lui demander que de simples conseils. Et pourtant, comme notre responsable de l’animation Melle YAJIMA n’avait à son actif que Sakasama no Patema – en tant qu’assistant du directeur de l’animation – et Black ☆ Rock Shooter pour lequel elle s’était chargée de l’animation, M. CHIKAOKA a finalement supervisé l’ensemble de l’animation. Grace à cela,  nous avons bénéficié d’une incroyable qualité d’animation.

Kill la Kill

tag Kill la Kill, la prochaine réalisation de Hiroyuki IMAISHI.

10Le magazine Newtype de ce mois-ci  (Février 2013 – Numéro 3) annonce en couverture un article sur votre prochaine production. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’origine de ce projet ?

M. Ōtsuka : Nous ne pouvons actuellement dire qu’une seule chose, c’est qu’il s’agit d’une œuvre originale du réalisateur Hiroyuki IMAISHI. Nous pensons pouvoir donner des informations complémentaires en mai.

11Quel format a été choisi ?

M. Ōtsuka : Là encore, nous dirons simplement qu’il s’agira d’une série d’animation télévisée.

12Le magazine parle d’une gestation de trois ans pour ce titre. Pensez-vous que le projet n’aurait pas pu voir le jour au sein du studio Gainax ?

M. Ōtsuka : Apparemment, le réalisateur avait déjà une idée en tête depuis trois ans. Depuis, la question s’est posée de savoir sur quel terrain travailler après la naissance du nouveau studio. Nous pensons que  ces nouvelles conditions ont insufflé une dimension encore plus grande à cette œuvre.

Informations & Crédits

Source(s) : Sekai Project
Date de publication : 09 mai 2013
Auteur(s) : Otaking
Autres informations : Un grand merci à toute l'équipe du studio Trigger, pour avoir accordé à nouveau sa confiance, et à Jonathan KHERSIS. Traduction réalisée par Andy OULEBSIR et Stéphane GRENIER.