Studio Trigger France
Choose your language FRJPEN

facebookTwitterGoogle +Youtube

Partenaires du studio

Ultra Super Pictures

Studio Sanzigen

Studio Ordet

Twitter

Works

Liens

QR CODE Studio Trigger France
Qu'est-ce qu'un QR Code ?
Petit code-barre intelligent vous permettant d'accéder facilement depuis votre mobile à notre site internet. Plus de clic, plus d'adresse web à retenir et à saisir...

Special

Interview exclusive du studio Trigger

C’est lors de notre séjour au pays du soleil levant, en octobre 2012, que nous avons eu l’honneur de visiter  les locaux du studio Trigger. Fondé le 22 août 2011, le studio Trigger est présidé par Masahiko Ôtsuka, ancien producteur au sein du studio Gainax, et dirigé par Hiroyuki Imaishi et KazuyaMasumoto – également d'anciens membres de Gainax.  Après une brève présentation des intervenants, vous trouverez ci-dessous notre interview exclusive.

Studio trigger

tag De gauche à Droite : Nakao Tsutsumi, Kazuya Masumoto et Masahiko Ôtsuka

Masahiko Ôtsuka
Il débute au sein du studio Gainax lors de la production de la série télévisée Neon Genesis Evangelion. Il prend ensuite la direction de Petite Princesse Yucie, Gurren Lagann et Panty & Stocking with Garterbelt.

Kazuya Masumoto
Engagé lui aussi dans la production des séries télévisées Gurren Lagann et Panty & Stocking with Garterbelt,  il fonde le studio Trigger avec M. Ôtsuka et M. Imaishi. A présent, il engage le studio dans la compétition Anime Mirai puis enchainera avec une nouvelle série télévisée en 2013.

Nakao Tsutsumi
Également présente à la production de Gurren Lagann et Panty & Stocking with Garterbelt, elle a rejoint ses collègues de travail au sein du studio Trigger. Elle est actuellement la productrice de Little Witch Academia, le projet animé établi dans le cadre du programme Anime Mirai.

01Une année après la création de votre studio, les ambitions sont-elles toujours les même ?

M. Ôtsuka : Oui. Nos Ambitions sont restées les mêmes. Mais nous sommes encore bien plus motivés à présent que notre activité à réellement débuté.

02 Parmi vos récents travaux, on trouve l’introduction du jeu vidéo Project x Zone. Comment avez-vous obtenu ce projet ?

K. Masumoto : À l’origine, c’est une demande de la société Bandai Namco.  Appréciant beaucoup les œuvres de M. Imaishi, elle a demandé au studio Trigger de produire cette animation. A vrai dire, c’est M. Akira Amemiya qui s’est quasiment occupé de tout sur ce projet (réalisation, character design, animation…). C’est l’admiration de M. Amemiya pour M. Imaishi et ses œuvres qui l’a encouragé à lui confier la direction de Project x Zone.

03Cela signifie que M. Amemiya a rejoint l’équipe du studio ?

K. Masumoto : Oui. Il est d’ailleurs présent aujourd’hui et travaille juste derrière ce mur. (rires)

Studio trigger

tag Effervescence à l'intérieur du studio

04Lors de notre précédente interview, vous nous disiez que vous n’étiez que quatre dans le studio (M. Imaishi, M. Masumoto, un responsable des formalités administratives et vous-même). Qu’en est-il à présent ?

K. Masumoto : Nous sommes maintenant plus nombreux. Il y a actuellement treize employés officiels et autant en freelance lorsque nous sommes en phase de production.

05Pour quelles raisons Atsushi Nishigori ne vous a-t-il pas rejoint bien qu’il ait lui aussi quitté Gainax ?

K. Masumoto : M. Nishigori n’a en effet pas rejoint notre studio. Il avait quitté Gainax bien avant et a profité d’une opportunité pour intégrer A1 Pictures et réaliser la série télévisée Idolm@ster. De notre côté, nous avions d’autres ambitions mais cela ne nous empêche pas de rester en contact.

06Effectivement, vous avez collaboré avec deux sociétés (Ebichû (エビ中) et GIZMON) concernant un appareil photo.

K. Masumoto : Oui, il s’agit d’un simple projet de collaboration entre les trois entreprises susnommées. C’est pour le compte du studio Trigger que M. Nishigori a réalisé ce travail.

Studio trigger

tag Yô Yoshinari, le réalisateur de Little Witch Academia

07Un autre projet attire beaucoup plus notre attention puisqu’il intègre le programme Anime Mirai : Little Witch Academia. Pouvez-vous nous en dire plus ?

M. Ôtsuka : La durée de cette animation sera de25 minutes, tout comme la plupart des  épisodes d’une série télévisée.

N.Tsutsumi : Hélas, dans un épisode de 25 minutes on ne peut raconter tout ce que l’on veut. Pour autant, nous avons déjà en tête beaucoup d’autres histoires qui verront peut-être le jour si ce projet rencontre un franc succès. Une série télévisée pourrait être alors envisagé afin de développer des histoires concernant les personnages secondaires de cette histoire.

08Pouvez-vous nous donner des détails sur la production ?

N.Tsutsumi : Avec Little Witch Academia, nous avons souhaité nous adresser à tout le monde – quel que soit l’âge. Il s’agit d’une animation promotionnelle lié à Anime Mirai et sera diffusée à l’occasion d’un évènement spécial. Nous savions donc que ce projet n’était pas destiné à une diffusion télévisée. En tout cas, du point de vue budgétaire, nous avons investi au maximum dans la qualité de l’œuvre plutôt que pour sa diffusion. L’achat d’un créneau de diffusion aurait partiellement réduit notre budget consacré à l’élaboration de Little Witch Academia. C’est un choix difficile, mais rien ne nous empêche d’envisager une sortie vidéo.

Par ailleurs, nous souhaitons effectuer l’enregistrement en février prochain aux Etats-Unis d’Amérique ou en France. Ce choix dépendra essentiellement du directeur du son. (mixage des voix et des bruitages). Je pense que l’enregistrement au Japon ne permettra pas vraiment de différencier une production d’une autre. Nous espérons donc bénéficier d’enregistrements expérimentaux en passant par une société de mixage étrangère. Puisque Little Witch Academia se déroule en Europe, j’apprécierais que le mixage soit réalisé en France, si possible (rires).

Studio trigger

tag Des animateurs travaillant sur le projet du moment : Little Witch Academia

09Si une suite de Panty & Stocking with Garterbelt voyait le jour, le projet serait porté par le studio Gainax ou bien par le studio Trigger ?

M. Ôtsuka : Mettre en œuvre une suite à cette série dépend intégralement de la décision de l’ayant droit principal, qui n’est autre que le studio Gainax.

10

Avec Gurren Lagann et surtout Panty &Stocking with Garterbelt de nombreux évènements tokyoïtes ont vu le jour. Pensez-vous que ce genre d’initiative soit porteur ? Ne touchent-telles pas qu’une partie des fans vivant dans la capitale ?

K. Masumoto : Ah ! Vous faites allusion à notre collaboration avec la société Galaxxy.

N.Tsutsumi : En réalité, ce n’est pas une marque destinée à tous, elle cible un type de personnes bien précis. Galaxxy pourrait se définir comme une marque hardcore. (rires) Cette expansion promotionnelle via d’autres compagnies nous satisfait pleinement. Mais, en premier lieu, nous devons créer les animes et ensuite envisager ce genre de collaboration.

11

Par ailleurs, quelle importance donnez-vous aux réseaux sociaux ?

M. Ôtsuka : Les réseaux sociaux sont très importants pour la promotion de nos œuvres. En fait, l’avantage de Twitter, c’est de pouvoir mettre et recevoir beaucoup d’informations très rapidement. Nous apprécions aussi de recevoir instantanément  l’avis des fans. Twitter est pour nous l’un des réseaux le plus important. Concernant Facebook, le fait de devoir écrire en son nom propre donne une impression plus personnelle à ce que l’on écrit. Au Japon, beaucoup ont encore du mal à diffuser leurs noms. A l’échelle mondiale, je pense que Facebook est surement le meilleur moyen de communiquer sur nos œuvres.

12

Après des titres comme Gurren Lagann et Panty & Stocking with Garterbelt, beaucoup de fans occidentaux attendent votre premier vrai projet avec impatience !

M. Ôtsuka : Actuellement, nous sommes en train de travailler sur une nouvelle série télévisée dirigée par M. Imaishi, mais nous ne pouvons pas l’officialiser aujourd’hui.

Studio trigger

tag A l'intérieur de la partie Animation du studio

13Qu’en est-il de la holding Ultra Super Pictures ? Un nouveau studio (Liden Films) vous a rejoint selon son site internet.

M. Ôtsuka : Ultra Super Pictures n’est pas une compagnie de production. Elle ne prend par ailleurs aucune décision pour l’une des sociétés qui la compose. Chacune d’elles créent indépendamment leurs œuvres. Cela ne devrait pas changer, même si la holding s’agrandit en accueillant, comme vous le disiez, de nouveaux éléments comme le studio Liden films.

14

Pourriez-vous nous en dire plus sur votre déplacement professionnel au Canada fin septembre ?

K. Masumoto : Nous nous sommes rendus à Vancouver durant une semaine pour observer le fonctionnement d’entreprises d’« entertainment ». Actuellement, beaucoup de producteurs et d’artistes se rendent là-bas parce que la ville de Vancouver tente de les attirer avec des aides financières (réductions d’impôt). Nous avons visité des écoles spécialisées dans l’animation et la création artistique.  Cela nous a permis de voir comment ils enseignent aux étudiants destinés à se professionnaliser dans ce domaine d’activité.

15

Enfin, comptez-vous actualiser régulièrement la page d’accueil de votre site internet avec de nouvelles illustrations ?

M. Ôtsuka : Il nous serait difficile de modifier notre page d’accueil toutes les semaines. Pour autant, nous comptons bien l’actualiser le plus souvent possible. Actuellement, nous en avons diffusé deux réalisées chronologiquement par Hiroyuki Imaishi et Akira Amemiya.

Informations & Crédits

Source(s) : Sekai Project
Date de publication : 01 mars 2013
Auteur(s) : Otaking
Autres informations : Un grand merci à toute l'équipe du studio trigger pour son accueil chaleureux. Traduction réalisée par Shuntaro Tozawa.